On l’a rarement vu arborer un costume de révolutionnaire. On l’a rarement vu faire des sujets poignants son cheval de bataille. Avec « Ayibobo » le King a surpris. Sa Majesté s’est rebellée contre un système corrompu qui ne fait qu’alimenter les inégalités sociales. Wendyyy s’emporte contre des politiques hypocrites, budgétivores et irresponsables. « Kounya se lè pou n leve kanpe, plan revolisyon an fenk trase. Nou pral fè yo respekte dwa nou san kè kase. Nou di non, nou p ap sibi ankò. met vwa nou ansanm, ouvè gagann nou pou n di ‘’c’est assez’’ », martèle-t-il.

Drapé du Bicolore haïtien, symbole de liberté et d’affranchissement du joug colonialiste, le fils de la Cité de la reine Anacaona, les deux bras peints en bleu et rouge se permet un cours d’histoire. Dans un contexte où les idéaux patriotiques sont troqués contre l’auto-enrichissement, le bien commun contre la satisfaction d’intérêts privés d’un petit groupe, un rappel sur le passé de ce peuple en plein 18 novembre s’imposait. « M vin raple w valè w paske m wè l f on ti tan kite w. Ou kontamine, san w gen venen, fò w konn ki dan k pike w. Premye pèp nwa k libere, wi se sa k idantite w… N ap soufri lontan. Nou pa t travay pou doulè sa. Yo dwe respekte n, nou te batay pou koulè sa a. M vin raple w endepandans nou an pa yon kado », lance l’homme Indétronable.

Avec une vidéo tournée sur fond de Petrocaribe Challenge, Wendyyy s’inscrit désormais dans la liste des artistes qui se sont prononcés dans cette quête de reddition de comptes initiée par la jeunesse haïtienne. Avec des images provenant des différentes initiatives de ce mouvement, la voix de « Lè m vle » sonne le glas de la corruption qui gangrène ce pays et du coup montre la voie à ses fans. Entre ras-le-bol, incertitudes et besoin criant de justice, le rappeur, qui a annoncé la sortie de son prochain disque pour le 27 de ce mois de novembre, se fait porte-parole d’un peuple assoiffé d’un mieux-être. « Li lè pou n viv tankou moun », clame-t-il. Il n’a eu besoin que de 3 minutes et 35 secondes pour cracher ses quatre vérités. Et comme d’habitude, Monsieur n’a pas pris de gants.

Leave your vote

0 points
Upvote Downvote

Comments

0 comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here