Samantha Colas a été sacrée Miss Haïti 2018, par un jury de sept membres : Marie Alice Théard, Lory Jabon, Chanelle De Lau, Sophia Stransky, Fabiola Coupet, Jean Henry Céant et Junior Rigolo, au cours d’une soirée organisée au Marriott hotel à Port-au-Prince, à l’aube du vendredi 6 juillet 2018. L’ex-animatrice de l’émission Soleil d’été succède à Cassandra et aura la lourde tâche de représenter le pays à Miss Univers.

Le suspense est à son paroxysme. Le public, à bout, a les nerfs en ébullition. Sabine Désir et Naïka Souffrant, faisant office d’animatrices, viennent d’inviter Christina, Merlie et Samantha, les trois finalistes à rejoindre le podium. Cette fois, on ne compte que les secondes. Et boom ! Samantha Colas, robe jaune, sourire de banane, l’emporte. Marie Gerline Moreau deuxième dauphine de Miss Haïti 2017, dépose la couronne sur les cheveux afro d’une jeune fille de 25 ans dont la voix remplie d’émotion cite le cantique de Marie. « Il s’est penché sur son humble servante, désormais l’on me dira bienheureuse. Le puissant fit pour moi des merveilles, Saint est son nom ». Merlie Fleurizard, quant à elle, est élue Miss Haïti international et Christina Cadet, 2e dauphine de Miss Haïti 2018.

Assise au fond de la salle-car visiblement, il n’y avait aucune place réservée aux journalistes-, on pouvait entendre à tout bout de champ plus d’un crier le nom de sa candidate préférée . Quitte à perturber les séances de questions. D’ailleurs c’est ce qui s’est passé à la dernière phase. Bruyants, irrités de voir leur favorite écartée de la course, certains nous ont empêchée d’apprécier les réponses des trois candidates à l’interrogation suivante : Pourquoi devrait-on vous élire comme ambassadrice de la culture haïtienne ? Fiasco total !

Dans une telle atmosphère, Samantha Colas sort gagnante après avoir bravé un public pas très coopératif. Du chemin, elle en a parcouru. D’une trentaine de postulantes aux 10 finalistes, passant par les six choisies après le défilé en robe de soirée, puis les trois pour l’ultime round, la compétition était rude pour l’animatrice de Soleil d’été, la seule qui portait un afro à un concours qui raffole tant des cheveux lisses et des critères esthétiques de l’Occident. Simple stratégie ou affirmation de soi ? Peu importe, la communicatrice sociale s’est distinguée. Elle nous fait penser à Davina Bennet, deuxième dauphine de Miss Univers, lors de la finale du concours de beauté le plus prestigieux au monde, en novembre dernier.

Parlons un peu de la programmation. C’est un euphémisme si l’on dit que Miss Haïti n’est plus ce qu’elle était. Fini le temps où l’on priorisait le beau, le spectacle, l’innovation, les soirées à thème. À jamais bannies les séances de talents. Malheureusement ! Enlisé dans la facilité, on se contente d’une finale à qui mieux mieux, d’un défilé en jumpsuit, d’un autre en bikini, puis en tenue de soirée ainsi que d’une succession de temps morts et de pré-enregistrements indéfinis. Pour un concours dont le thème central de la 6 e édition a été l’environnement-ce qu’étonnamment Sabine a claironné dans une vidéo en début de soirée-, cette finale n’avait d’environnement que le nom. Il faut croire que ce concept se résume à des poses sur IG avec des fleurs en main. Bon bref, cessons de jouer les rabat-joie!

Bravo aux artistes ! Fatima dont la voix gagne en maturité à chacune de ses prestations, toujours aussi belle, nous a bercés avec son timbre si doux. Notamment en attaquant les notes hautes d’une chanson d’Ave Maria et en interprétant Je n’ai que mon âme de Natacha St Pier. Thamar Joseph, elle, nous impressionne de mieux en mieux. Ce soir, elle nous a tout bonnement ramené Witney Houston. Avec I will always love you, elle a conquis le public, non sans sa simplicité habituelle. Tous suspendus à ses lèvres ou plutôt à sa voix, personne n’a pipé mot, ni bougé. Thamar nous a tout pris!

Faviola : sa viola perchée sur son épaule, elle nous a transportée grâce à All of me de John Legend. Printemps Éricson, dans Don’t let me down de The chainsmokers, a chauffé l’assistance en début de soirée, ainsi que Panch qui nous a permis de tuer un peu le temps avec ses vannes. « Yo di m mande n si Ajantin te pèdi vre nan Koupdimonn nan », ironise-t-il, tout en ayant une pensée spéciale pour l’ex-président Jean Bertrand Aristide. Sans oublier les danseuses d’ASD Académie de danse, spécialement les plus jeunes, de rouge vêtues, le visage radieux, innocent, qui exécutaient un ballet à la perfection.

Par ailleurs, la Miss Haiti international 2018, Merlie Fleurizard, couronnée par Caroline Sanchelle Minerve Begein, détentrice du titre, s’envolera vers Tokyo sous peu pour le concours Miss international. Tandis que Samantha Colas nous représentera à Miss Univers. « J’ai besoin de vous maintenant. Continuez à me supporter », demande-t-elle. Du support, elle en aura besoin justement. Littéralement !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here